UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Christophe Thevenot est élu Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et des Mandataires Judiciaires (CNAJMJ)

Nominations
Outils
TAILLE DU TEXTE

Dans le cadre de sa gouvernance, le Conseil d’administration du CNAJMJ a élu Christophe Thevenot, administrateur judiciaire, à la présidence du Conseil National.

Christophe Thevenot est le nouveau Président du CNAJMJ.

Créé en 1990, le Conseil National des Administrateurs Judiciaires et des Mandataires Judiciaires représente les 434 Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires établis en France. Etablissement d’utilité publique, le Conseil National assure et supervise l’ensemble des activités liées à la formation, aux contrôles des professionnels et à la numérisation sécurisée des actes de procédures.

Christophe Thevenot, 53 ans, est administrateur judiciaire à Paris. Dans le cadre de ses fonctions, il s’est spécialisé dans la prévention des difficultés (mandats ad hoc, conciliations) et a développé une compétence approfondie de la médiation dans les conflits stratégiques. Il a débuté sa carrière dans l’aéronautique au Canada, puis a travaillé en cabinet d’administrateurs judiciaires et enfin en cabinet d’avocats. Il a fondé sa structure en 1997, devenu récemment Thevenot Partners, dont il est Associé-Gérant.

Christophe Thevenot est diplômé de Harvard Business School (AMP), de HEC (MS HEC Entrepreneurs) et de l'Ecole Supérieure de Commerce de Marseille (Kedge Business School).

Depuis 2016, il était Vice-Président du CNAJMJ. Il est également Maître de conférences et membre du conseil d’orientation de HEC Entrepreneurs.

Christophe Thevenot a déclaré : « Parce qu’elles ont pour mission d’aider les entreprises en difficulté tout en faisant valoir les droits des créanciers et des salariés, nos deux professions sont au service de la collectivité nationale et du développement économique. Que ce soit en France ou en Europe, elles ont plus que jamais vocation à y contribuer, en tant que spécialistes, aux côtés des acteurs publics et privés. »