UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Charles-Henri de Gouvion Saint Cyr, Associé, Goodwin : « Mes domaines d’expertise et mon expérience correspondent exactement aux besoins du cabinet »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

charles henri degouvionsaintcyrLe Monde du Droit a interrogé Charles Henri de Gouvion Saint Cyr à l'occasion de sa nomination en tant qu'associé au sein du cabinet Goodwin. 

Selon vous, qu'est-ce qui a présidé à votre cooptation ?

Ma cooptation s’inscrit très logiquement dans la dynamique de succès de Goodwin : le cabinet est très actif en private equity et structuration de fonds et se développe résolument en immobilier ce qui rendait nécessaire de renforcer l’équipe fiscale par un deuxième associé. Mes domaines d’expertise et mon expérience correspondent exactement aux besoins du cabinet.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après une classe prépa, j’ai intégré HEC et suivi le DESS de Droit des affaires et Fiscalité de Paris 1. J’ai rejoint l’équipe fiscale de Clifford Chance à la sortie de l’EFB et y suis resté jusqu’en 2018, année où j’ai rejoint Goodwin. J’enseigne également la fiscalité à Sciences Po Paris depuis 2011.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Bien que cela ne me soit pas personnel, je pense à l’ensemble de nos parlementaires, dont la créativité et l’activité en matière fiscale assurent à ma matière un dynamisme et un renouveau que les juristes des autres spécialités nous envient !

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Peut-être mon premier succès au contentieux ! Je défendais un investisseur immobilier espagnol à qui il était reproché des dotations irrégulières de provisions. Le succès obtenu a dépassé les espoirs du client… et de manière étonnante l’administration fiscale n’a pas mis en recouvrement les impôts résiduels qu’elle aurait été en droit de prélever.

Quels sont vos domaines de compétences ?

J’ai une pratique diversifiée, axée principalement sur la fiscalité transactionnelle (en private equity et en immobilier), la structuration de fonds et les restructurations intragroupes, dans des contextes domestiques ou internationaux. J’accompagne aussi mes clients dans les phases pré-contentieuses et contentieuses en matière fiscale.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Les très fortes évolutions successives des règles de déduction fiscale des intérêts (qui se poursuivent avec le projet de loi de finances pour 2020) dont les impacts ne sont pas encore tous parfaitement appréhendés par les investisseurs. Dans le domaine immobilier, la modification de la convention fiscale franco-luxembourgeoise, qui prendra effet le 1er janvier prochain, est un changement majeur pour les investisseurs internationaux. 

Qui conseillez-vous ? 

Ma clientèle est très variée et inclut en particulier des fonds d’investissement en private equity, des groupes corporate, des investisseurs immobiliers et des institutionnels.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)