UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Congrès LIDC 2019 : interview de Muriel Chagny, Présidente de l’AFEC et Vice-Présidente de la LIDC

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Muriel Chagny, professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin (Paris Saclay), présidents de l’l'Association française d'étude de la concurrence (AFEC) et vice-présidente de la Ligue Internationale du Droit de la Concurrence (LIDC), dans le cadre du congrès de la LIDC qui se tiendra du 7 au 10 novembre 2019 à Paris. 

Pouvez-vous nous présenter les enjeux du congrès de la LIDC ?

Les innovations, notamment numériques, sont porteuses de défis majeurs pour le droit de la concurrence dont elles interrogent les règles en elles-mêmes et dans leurs relations avec le droit de la propriété intellectuelle. Ce faisant, elles conduisent à œuvrer en faveur d’une modernisation de ces droits. Le congrès organisé, du 7 au 9 novembre à Paris, par l’Association Française d’Étude de la Concurrence (« AFEC »), branche de la Ligue internationale de droit de la concurrence, proposera, sur plusieurs sujets d’actualité brûlants, une approche comparée de différents droits nationaux, mais contribuera aussi et surtout à la construction du droit de demain, en contemplation de réformes en cours ou à venir (comme celles sur les pratiques commerciales déloyales entre entreprises).
L’organisation de ce congrès vise en outre, du point de vue de l’AFEC, à œuvrer en faveur de l’attractivité de la France dans la compétition des droits et systèmes juridiques nationaux de concurrence.

Quels seront les temps forts ?

Comme les précédents congrès de la LIDC, celui de Paris offre, à la fois, travaux scientifiques de premier ordre et moments de convivialité propices aux échanges entre congressistes de tous pays et tous horizons, dans des lieux privilégiés, de l’hôtel Lutetia à l’hôtel d’Evreux, en passant par l’Assemblée nationale.
Quant au programme scientifique, il est d’une richesse telle qu’il est préférable de renvoyer au site internet (https://www.congres-lidc.com/programme).
On peut néanmoins mentionner, parmi un très large éventail d’intervenants prestigieux, la participation tout à fait exceptionnelle de Juliane Kokott (Avocat Général à la Cour de Justice de l’Union Européenne), Cecilio Madero Villajero (faisant fonction de Directeur général de la concurrence de la Commission européenne) et enfin, Mario Monti, qu’il n’est pas besoin de présenter.

Qu'en attendez-vous ?

Au-delà des enjeux essentiels déjà évoqués, le succès annoncé, au regard du nombre de participants, ne manquera pas de rejaillir sur l’AFEC et de la LIDC en tant que canaux d’échanges et forces de propositions.
A titre d’illustration, nous relancerons, à la suite du congrès, des groupes de travail sur le numérique ainsi que sur les pratiques commerciales déloyales. Dans son prolongement, une autre manifestation de grande ampleur sera organisée dans le courant de l’année 2020.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)