UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Élise Racapé et Soliman Le Bigot : « Nous proposons l'anonymat lors d'une première prise de contact avec l'Ordre pour inciter davantage de confrères à avoir le réflexe de solliciter l'Ordre »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Interview d'Elise Racapé et Soliman Le Bigot, candidats à l’élection au conseil de l'Ordre des avocats de Paris. 14 nouveaux membres du conseil de l’Ordre pour un mandat de 2019 à 2021, par binômes paritaires, une femme, un homme seront élus à l'issue des élections des 4 et 6 décembre 2018.

Pourquoi vous présentez vous ?

Forts de notre amitié et de notre engagement commun, nous nous sentons aujourd'hui en capacité d'être à l'écoute et au service de nos confrères. De défendre cette profession que nous exerçons avec passion depuis plus de 20 ans !

Notre engagement commun pour le respect des droits humains (responsables de la Commission Droits Fondamentaux de l'Union des Jeunes Avocats de Paris pendant 10 ans) nous pousse à souhaiter un ordre plus juste plus humain plus ouvert.

Quels sont les principaux axes de votre campagne ?

L'écoute de toutes les avocates et avocats du barreau de Paris. Seulement un tiers du barreau vote et c'est vraiment dommage ! Nous souhaitons que toutes les avocates et tous les avocats du barreau de Paris puissent s'identifier à leur Ordre. Pour cela nous proposons de les écouter nous nous engageons à retransmettre leurs besoins leurs questions leurs doutes leur revendications.... Et à trouver des solutions avec les autres membres élus. Nous nous engageons à poursuivre ce dialogue de façon continue avec le barreau pendant les 3 ans de notre mandat à l'Ordre.

Quels sont les dysfonctionnements à l'Ordre ? Quelles solutions proposez vous ?

L'Ordre fonctionne bien et beaucoup de services sont proposés mais reste mal perçu par beaucoup de confrères qui le perçoivent comme étant un "entre soi ".

Nous proposons :

- L'anonymat lors d'une première prise de contact avec l'Ordre pour inciter davantage de confrères à avoir le réflexe de solliciter l'Ordre en amont avant même la survenue d'un conflit et dépasser l'appréhension d'avoir à s'identifier.

- Nous souhaitons ouvrir une réflexion afin que toutes les structures d'exercice professionnelles (petites moyennes grosses structures) soient représentées de façon équitable au sein du conseil de l'Ordre (Quotas par exemple )

Qu'avez-vous de plus que les autres candidats ?

La foi indéniablement pour l'un et l'autre !

Notre candidature vient du cœur, de l'envie de donner et de partager nos valeurs communes !

Nous nous présentons aujourd'hui car cela à un sens profond dans nos vies.

Élise Racapé : J' ai été confrontée à l'absence d'un ordre protecteur lors de mes séjours en Afrique et j'ai pris conscience de la chance que nous avons à Paris !

Soliman Le Bigot : ça nous a conforté dans l'envie de donner de notre temps au service de nos confrères.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)