UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Le Barreau de Paris annonce sa feuille de route pour la fin de l’année

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le bâtonnier du barreau de Paris, a présenté ses priorités pour la fin de l’année lors d'une conférence de presse le 6 septembre 2012.

Christiane Féral-Schuhl, a indiqué que l’opération coup de poing contre l’exercice illégal de la profession, initiée au mois de mai dernier, se poursuivra en septembre 2012. Un site dédié sera lancé afin d’aider les justiciables à détecter les "faux sites" de conseils juridiques et les inciter à adopter le "réflexe avocat".

Le bâtonnier du barreau de Paris est également revenu sur son projet de "commissariat au droit". Une commission spécifique va être créée et sera chargée de remettre un rapport d’ici la fin de l’année. Face à la polémique déclenchée par ses propos à la presse, Christiane Féral-Schuhl a précisé : "Je n'ai pas compris pourquoi les juristes d'entreprise y voyaient une menace. En parlant de l'avocat commissaire au droit, je pensais surtout aux PME qui n'ont pas d'accompagnement juridique en interne. En tout état de cause, le commissaire au droit ne met pas en danger le directeur juridique, au même titre que le commissaire aux comptes ne met pas en danger le directeur administratif et financier (DAF)".

Enfin, en ce qui concerne l’accès à la profession d’avocats, le bâtonnier a réaffirmé son opposition au numerus clausus tout en souhaitant limiter l'accès à la profession. Il s’agit de rendre l’examen plus sélectif. A cette occasion, elle a rappelé que plus de 1.000 nouveaux avocats rejoignent chaque année le barreau de Paris ; un tiers des avocats quittent la profession au cours des 5 à 10 premières années d'exercice. "Le statut quo n'est pas possible, il faut soit étendre les activités des avocats comme dans d'autres pays, soit l'examen doit devenir plus sélectif", a conclut le bâtonnier.