Forte augmentation des fusions-acquisitions transfrontalières au second trimestre 2017

Etudes et Documents
TAILLE DU TEXTE

Baker McKenzie a publié, en collaboration avec Mergermarket, une nouvelle édition de son étude sur les fusions-acquisitions transfrontalières au deuxième trimestre 2017 (Cross-Border M&A Index Q2 2017). Le second trimestre 2017 a été marqué par une très forte augmentation des fusions-acquisitions transfrontalières au niveau mondial par rapport à la même période l’an dernier.

Au niveau mondial, les opérations transfrontalières ont baissé en volume de 15 % (1368 deals) au second trimestre 2017 par rapport au deuxième trimestre 2016. En revanche, elles ont augmenté de 49 % en valeur pour atteindre 345,8 milliards de dollars sur la même période, et cela en dépit de l’incertitude autour du Brexit, des élections en Europe et de la politique du Président Trump.

 « Le deuxième trimestre a été marqué par une appréciation de la valeur des deals dans la mesure où les entreprises ont fait le choix d’investir des montants plus importants sur un nombre plus restreint d’opérations » déclare Stéphane Davin, Responsable EMEA Fusions-Acquisitions de Baker McKenzie.

Les opérations entre grandes régions du monde ont porté cette croissance en valeur avec une hausse de 60 % au second trimestre 2017 par rapport au second trimestre 2016 pour atteindre 236,9 milliards de dollars. Les opérations intra-régionales ont, quant à elles, augmenté de 30 % pour atteindre 108,9 milliards de dollars sur cette même période.

Les opérations transfrontalières conservent une importance capitale dans le deal flow : en effet, elles ont représenté au second trimestre 2017 près de la moitié (47 %) des fusions-acquisitions dans le monde en valeur, et plus du tiers (36 %) en volume.

L’Union européenne et les Etats-Unis au cœur du dynamisme de fusions-acquisitions transfrontalières

L’Union européenne a représenté, en valeur, plus de la moitié (56 %) des fusions-acquisitions transfrontalières dans le monde au second trimestre 2017 avec 637 opérations pour un montant global de 195,2 milliards de dollars. Malgré les élections à venir, l’Allemagne a été le pays le plus ciblé en valeur ; l’acquisition de l’entreprise allemande Linde AG par l’entreprise américaine Praxair pour 45,5 milliards de dollars représente d’ailleurs l’opération la plus importante du trimestre dans le monde.

L’Amérique du Nord a été le plus important investisseur dans l’UE avec 177 opérations pour un montant de 97,2 milliards de dollars. Par ailleurs, les Etats-Unis ont été, au cours du deuxième trimestre, le pays le plus actif à la fois en tant qu'investisseur (284 opérations pour 109,9 milliards de dollars) mais aussi en tant que cible (217 opérations pour 72,5 milliards de dollars).

Après un premier trimestre 2017 difficile marqué par les conséquences d'une législation stricte ayant contribué à faire chuter le nombre d'opérations transfrontalières, la Chine a été le deuxième pays ayant réalisé le plus d’acquisitions transfrontalières dans le monde au second trimestre avec 94 opérations pour un montant de 35,9 milliards de dollars. La plus importante opération transfrontalière réalisée par un investisseur chinois est l’acquisition par le fonds souverain China Investment Corporation de l’entreprise britannique LogiCor Europe Limited pour 13,8 milliards de dollars. Les investisseurs japonais ont, eux, poursuivi leurs acquisitions à l’étranger avec 66 opérations pour 18,6 milliards, soit une augmentation de 27 % en valeur par rapport au premier trimestre 2017.